(+509) 2918 55-59 / 3715-7299 defenseursplus@gmail.com Webmail

Défenseurs Plus appelle au respect des droits des ouvriers et ouvrières de la sous-traitance.

Défenseurs Plus déplore le comportement des employeurs des ouvriers et ouvrières qui renforcent les critères d’esclavagistes en exploitant la main-d’œuvre de ces derniers, ainsi que celui des agents de la Police Nationale d’Haïti (PNH) à l’égard des employés de la Société Nationale des Parcs Industriels (SONAPI) la semaine dernière.
En effet, les agents ont fait un usage abusif de gaz lacrymogène afin de disperser les manifestants qui ne font que réclamer un salaire mieux adapté à la réalité d’aujourd’hui. Ce qui a provoqué un vent de panique sur la route de l’aéroport et a occasionné de multiples incidents, notamment l’évanouissement de plusieurs personnes dont des femmes enceintes, selon les organisations syndicales. À rappeler qu’actuellement les employés du secteur privé ont un salaire minimum entre 250 et 550 gourdes journellement. Ce salaire déjà dérisoire au moment où l’arrêté du 1er novembre 2019 du gouvernement Lapin-Moise a été publié, ne peut en aucun cas permettre aux ouvriers et ouvrières de la sous-traitance de subvenir à leurs besoins primaires.
Considérant que, depuis plusieurs mois, les multiples crises politiques, l’insécurité, la rareté de carburant ainsi que l’ajustement des prix des produits pétroliers ont occasionné une inflation sans précédent et une hausse des prix des transports en commun. C’est donc de bon droit que ces ouvriers et ouvrières réclament un salaire minimum de 1 500 gourdes pour qu’il y ait une certaine amélioration de leurs conditions de vie trop précaires.
Défenseurs Plus, tient à rappeler aux autorités policières que réclamer de meilleures conditions de travail est une garantie constitutionnelle et ils ne devraient en aucun cas réprimer des manifestations pacifiques. Défenseurs Plus en profite pour exhorter le Conseil Supérieur des Salaires (CSS), créé à cet effet, à continuer ses démarches auprès du gouvernement afin que ce dernier puisse adapter le salaire des ouvriers et ouvrières à la dure réalité que nous vivons. Le Collectif Défenseurs Plus rappelle que le droit au travail décent est un droit conventionnel au regard du Pacte International relatif aux droits économiques, sociaux et culturels ratifié par l’État Haïtien en 2012.
.

Fait à Port-au-Prince, le 14 Février 2022

Wilkenson Franklyn Junior JN DENIS
Responsable Affaires Juridiques
Tél : 509 31 95 14 75

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :