(+509) 2918 55-59 / 3715-7299 defenseursplus@gmail.com Webmail

Défenseurs Plus interpelle les acteurs à placer les intérêts supérieurs de la nation haïtienne au-dessus de tout

Le Collectif Défenseurs Plus, Organisme haïtien de promotion et de défense des droits humains, constate avec tristesse et indignation que le pays s’enfonce davantage dans les crises. La situation socioéconomique et politique du pays s’aggrave de jour en jour et engendre des violations systématiques des droits fondamentaux et des libertés publiques garantis par la constitution haïtienne et le droit international des droits humains. Cela risque d’atteindre un point de non-retour si aucun accord politique n’est trouvé pour éviter le chaos. Dans toute société ayant un état de droit démocratique, les lois servent de boussoles afin d’assurer l’équilibre au sein de celle-ci,  de s’assurer que chacun-une vit et respecte les droits de l’autre.

Le collectif Défenseurs Plus constate avec regret que la constitution haïtienne qui est la loi mère du pays, les lois régissant le fonctionnement des institutions étatiques, entre autre, sont banalisées et piétinées, même par des autorités qui ont pour devoir de garantir leur respect. On ne cesse de proclamer haut et fort que la société haïtienne est démocratique, alors que les libertés fondamentales ne sont pas protégées,  la population haïtienne vit dans le marasme économique, l’injustice sociale et la disparité à nulle autre pareille. Certains-nes se placent au-dessus de la loi alors que d’autres s’accrochent à certains contenus d’une loi qui vont au profit de leur intérêt politique et non à celui de la collectivité.

Par ailleurs, Défenseurs Plus attire l’attention sur la lutte pour le pouvoir qui n’en finit pas en Haïti, affectant ainsi le fonctionnement des trois pouvoirs de l’Etat à savoir les pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Depuis plus de 30 ans, des occupants du pouvoir exécutif veulent avoir la mainmise sur les pouvoirs législatif et judiciaire, acte scandaleux qui constitue une violation de la constitution haïtienne. Alors que cette dernière précise le rôle de chaque pouvoir et leur indépendance. Défenseurs Plus croit que cette bataille pour le contrôle des pouvoirs maintient davantage le pays dans l’instabilité politique et continue d’appauvrir la population haïtienne.

Défenseurs Plus rappelle que l’État haïtien n’existe pas en dehors de ses trois pouvoirs constitutionnels. Aussi, faut-il constater que le pouvoir législatif n’est pas fonctionnel vu que la majorité des sièges des parlementaires sont vides en raison de la non-réalisation des élections ; le pouvoir judiciaire est absent vu que le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) compte pour l’instant six conseillers sur neuf  et la Cour de Cassation ne travaille pas et s’implique dans des scandales politico-judiciaires; la présence du chef de l’État n’est pas acceptée par une partie de la population basant sur une interprétation de l’article 134.2 de la constitution haïtienne et sur l’absence des résultats concrets du mandat présidentiel.

Défenseurs Plus exhorte les acteurs politiques, la société civile organisée et la classe économique à œuvrer afin d’éviter que le pays ne sombre dans le chaos que nous craignons tous et toutes et garantir le respect des droits civils et politiques, des droits économiques, sociaux et culturels de la population haïtienne. Défenseurs Plus dénonce ardemment toutes formes de répressions sur la population, notamment sur les membres de la presse parlée et écrite, ainsi que sur les manifestants-tes, au cours des mouvements revendicatifs. Il condamne les pertes en vie humaine et toutes actions qui visent à terroriser la population.

Défenseurs Plus dénonce également toutes formes de violences et toutes actions occasionnant les violations des droits fondamentaux du peuple haïtien. De ce fait, il appelle à l’implication des citoyens et des citoyennes dans les affaires politiques du pays afin de sauvegarder les acquis constitutionnels et conventionnels en matière des droits humains.

 

Port-au-Prince, le 12 Février 2021

 

Fedgens POINT DU JOUR

Secrétaire général

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :