(+509) 2918 55-59 / 3715-7299 defenseursplus@gmail.com Webmail

Les conflits armés et le tremblement de terre du 14 août 2021 ont aggravé le problème du droit au logement en Haïti

Depuis des années, les conflits armés entre les gangs s’accentuent dans différentes zones du pays, particulièrement dans la région métropolitaine de Port-au-Prince. Dès le début de l’année 2020, des affrontements entre les groupes armés ont poussé des milliers d’habitants des quartiers défavorisés de la capitale haïtienne à fuir leur habitat et à se réfugier auprès de familles d’accueil ou dans des espaces publics. Ce phénomène fait rage dans plusieurs endroits de la zone métropolitaine notamment Bel-Air, Delmas 2, La Saline, Martissant et Fontamara.
Le Collectif Défenseurs Plus, organisme de promotion et de défense des droits humains, constate avec tristesse la situation de ces citoyens, nes et exhorte les autorités en place à agir sans délai pour faciliter le retour des familles déplacées suite aux conflits armés Il rappelle que ces personnes déplacées de force ont le droit à la protection de l’État et à un logement décent conformément à la Constitution de 1987 et aux instruments internationaux relatifs aux droits humains ratifiés par l’État haïtien.

Par ailleurs, le tremblement de terre de magnitude 7.2 du 14 août 2021 aggrave la situation des habitants et des habitantes du grand sud d’Haïti. D’après le rapport d’OCHA-Haïti du 22 août 2021 sur la situation, les autorités font état de plus de 130 000 maisons endommagées ou détruites, soit 52 900 détruites et 77 000 endommagées, en plus des pertes considérables en vie humaine et le nombre élevé de blessés et de disparus enregistrés (soit 2 200 morts, 344 disparus et 12 000 blessés).

Défenseurs Plus appelle à la diligence des autorités étatiques et de la communauté internationale envers les personnes victimes du passage du séisme du 14 août 2021. Car, ces dernières sont en train de vivre une situation de déshumanisation au milieu de la saison cyclonique qui accroit leur vulnérabilité. « L’Etat reconnaît le droit de tout citoyen à un logement décent, à l’éducation, à l’alimentation et à la sécurité sociale », dispose la constitution de 1987.

Une fois de plus, la vie privée et la dignité des personnes affectées par les conflits armés et le passage du séisme du 14 août 2021 ne sont pas respectées. Leur droit à la protection et à la sécurité ne sont pas garantis par l’État. Défenseurs Plus demande au gouvernement de la République d’assurer la protection des milliers de personnes déplacées, notamment les femmes, les enfants et autres personnes vulnérables pourchassées par la violence dans certains endroits du pays.

La problématique du droit au logement est cruciale et urgente sur tout le territoire de la République d’Haïti. Il est important d’aborder les défis liés à l’accès au logement non seulement pour les personnes déplacées, mais aussi pour celles qui vivent dans les zones rurales et les bidonvilles dans des conditions misérables. Les personnes déplacées et les familles victimes de violences ont besoin de soutien en matière de logement et également d’argent, de vêtements, d’éducation, de moyens de subsistance et de relocalisation.

Défenseurs Plus exhorte les autorités étatiques à prendre leurs responsabilités et trouver des solutions durables pour les déplacés internes et en particulier examiner comment faciliter leur retour et leur relocalisation dans des conditions sécuritaires. Défenseurs Plus demande également aux autorités gouvernementales du pays d’entamer une politique de reconstruction parasismique en Haïti afin de réduire la vulnérabilité de la population haïtienne lors du passage des séismes sur le pays.

Fait à Port-au-Prince, le 31 Août 2021

Samendina Lumane JEAN
Responsable de Communication
509 47 37 6960

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :